Première Guerre mondiale

Peu après la mort de son frère dans une bataille de la Première Guerre mondiale, Katharine McLennan a décidé qu’elle voulait se joindre à d’autres jeunes femmes à l’étranger à titre d’aide-infirmière dans les hôpitaux militaires. Cependant, son père ne voulait pas entendre parler du départ de sa fille cadette pour soigner des soldats malades et mourants. Frustrée par son refus, Katharine a fait appel à ses sœurs pour le convaincre de la laisser partir en France avec la Société de la Croix-Rouge, la Société de secours aux blessés militaires. J.S. a finalement cédé et elle est partie outre-mer au printemps 1916.